samedi 12 juin 2021

Sortie du 12 juin 2021 au Col de Proncel


Nous étions onze pour ce déplacement drômois sous un soleil de plomb, soit très exactement le même nombre que la semaine précédente. Onze, au lendemain de l'ouverture de l'Euro 2021 de foot-ball, peut-être fait-il y voir un clin d’œil à notre équipe nationale !

Dans cette équipe, nous avions : Éliane, Jean-Luc, Jean-Marc, Josée, Liliane, Martine, Michel, Mireille, Robert B., Robert S., Sophie. 

Aller dans ce secteur exige de prendre la route des gorges de la Bourne, une merveille naturelle d'érosion karstique.

Peu de dénivelé dans cette balade et un peu moins de 8 kilomètres, mais lorsque l'essentiel de la marche s'opère dans les prairies, les zones d'ombres ne sont pas légion.

Dès le départ en direction du lieu-dit " La Mure ", les cercles des fées ou mycélium annulaire est un phénomène naturel, consistant en une colonie de sporophores pérennants  alignés en une formation plus ou moins circulaire, en sous-bois ou dans les prés. 

Dans ces "ronds de sorcières", nous avons trouvé des marasmes des oréades pour la plupart secs sur pieds, des vesses de loup des prairies, quelques tricholomes de la Saint Georges, mais la plupart étaient colonisés par des vers, une agaric des jachères ou boule de neige.

Dans la matheysine, La Mure nous rappellent ses mines de charbons, ici sur la commune de Vassieux en Vercors, le lien est à faire avec les moulins à grains. Entre le 15ème et le 19ème siècle jusqu'à 8 édifices étaient en activité. En ruines, ils ont été transformés en bergeries en 1830. 

Sur celui qui faisait 6 mètres de haut, les SS l'ont utilisé, comme poste mitrailleuse lors des évènements tragiques de juillet 1944.

De ce point de vue, nous pouvions apercevoir à la fois le village de Vassieux en Vercors, ainsi que le mémorial de la Résistance.

Par endroits, la nature avait déroulé ses tapis de fleurs, serpolet, marguerites blanches ou jaunes, ancolies des alpes, un régal pour les yeux.

Les papillons voltigeaient autour de nous, bleu, couleur tabac. Jean-Luc est parvenu à capter sur son appareil photo, les lépidoptères, et en plus, passionné d’ornithologie des images d'oiseaux.

Une autre curiosité a attiré notre attention, le scialet couvert, un gouffre dont on ignore la profondeur. Le Vercors, dans sa partie Drôme et Isère renferme de très nombreux souterrains, pour la plupart connus des spéléologues. Nous ne nous sommes pas aventurés plus en avant dans cette cavité.

Notre pique-nique devait avoir pour décor une source, mais cette dernière a du s'assécher, qu'importe, l'ombre de sapins a été propice pour se restaurer, et à la fin pour examiner à la loupe des inflorescences de fleurs.

Au retour au Col de Proncel, Jean-Marc a évoqué le précipice de Corbières mondialement connu.

Un sentier d'accès jalonné de cairns a été aménagé pour se rendre à cet endroit et s'offrir un bol de fraicheur ou s'initier à l'escalade.

Dans le dossier ETE-2021, vous retrouver toutes les photos réalisées par Jean-Marc, Jean-Luc, Michel.

 


samedi 5 juin 2021

Sortie du 5 juin 2021 au Plateau de la Molière


Redémarrer les sorties, ça s'arrose ! 

Avec la météo annoncée, il y avait comme une similitude avec l'ouverture des terrasses des bars et restaurants le 19 mai dernier, sauf, qu'il n'y aura pas eu la moindre goutte de pluie aujourd’hui.

Pourtant cette menace aura dissuadée plus d'une ou d'un mycologue. Éliane, Édouard, Franck, Jean-Marc, Martine, Maryvonne, Michel, Mireille, Olivier, Robert, Sophie ont osé affronter l'inconnu de la journée et les éventuels caprices du temps.

Par moment, le brouillard se levait et les rayons de soleil venaient le plaquer au sol, en alternance.

Nous pensions découvrir quelques morilles coniques noires (Morchella conica) qui poussent sur des sols calcaires sous des épicéas, mais ce champignon aura été le grand absent de cette sortie.

Du coup, il était préférable de s'aventurer dans la prairie. Avec les conditions climatiques de mai et le retour de la neige, cette journée avait des allures plutôt printanières.

Des tapis de fleurs, donnaient des airs botaniques à ce décor grandiose, avec entre autres, coucou ou primevère officinale (Primula veris), pensée des Alpes (Viola calcarata), Gentiane bleue (gentiana acaulis), orchis mâle  (Orchis mascula), narcisses des poètes (narcissus poeticus), anémones sauvages (anemone sylvestris)

L'herbe était plutôt rase et les ronds de sorcières, pour la plupart n'étaient pas encore porteurs.

Jean-Marc sera le premier à découvrir des tricholomes de la Saint Georges (Calocybe gambosa) et en fera profiter Édouard, d'autres ronds redonneront des mousserons.

Quelques marasmes des oréades (marasmius oreades), en guise de complément pour cueillettes légères se sont ajoutés aux paniers.

Éliane, Michel, Olivier, Frank, Sophie, à leurs tours cueilleront ces mêmes variétés de champignons.

Et puis, au détour d'un chemin, 4 vesses de loup à diaphragme (Vascellum pratense), un comestible dit sans intérêt, sauf si l'on rajoute beaucoup de saveur avec de la tomate aillée et poivrée.

Ici et là, les sifflets des marmottes des Alpes donnant l'alerte, ont accompagné notre marche dans la prairie. Combien d'entre nous, à l'exemple de Olivier avec son cliché de 3 marmottes, auront réussi à immortaliser, les dizaines de rongeurs présents ? 

Dans le nouveau dossier de photos : "ETE-2021", nous mettrons la totalité des images.

Midi, l'heure de se poser, arrivait ! Nous avons franchi le Pas de Bellecombe pour nous poser avant de continuer la boucle par les crêtes.

Table, bancs, il y avait suffisamment d'espace pour pique-niquer tout en respectant les gestes barrières. Le décor n'était plus le même et les premiers champignons trouvés par Martine rappelaient l'hiver, l'hygrophore de mars (hygrophorus marzuolus). 

Près de nous, un groupe de botanistes belges sont venus découvrir les merveilles du plateau de la Molière.

Ce fut, l'occasion d'échanges sur la flore, en marchant jusqu'au pas de l'ours. Nous avons accompli un dénivelé positif de 330 mètres sur un circuit d'environ 10 kilomètres, rien de tel pour se remettre en jambes !

L'aventure continue la semaine prochaine, nous serons entrés dans la nouvelle lune des Gémeaux.

L'album photo de ce samedi est riche, faites-vous plaisir !

 

dimanche 16 mai 2021

Reprise des sorties mycologiques le 5 juin 2021


Nos adhérent·e·s ont reçu l'information, la Société mycologique de Sassenage reprend les sorties à compter du samedi 5 juin 2021.

Depuis l'apparition du COVID19 et le premier confinement du 17 mars 2020, les saisons mycologiques ont été fortement réduites.

En 2020, les sorties se sont déroulées seulement à partir de la balade montagne du 4 juillet jusqu'au 24 octobre; la dernière étant interrompue par le second reconfinement.

Depuis cet arrêt, notre site s'est enrichi de 6 nouvelles recettes. Dès juin les récits des sorties, l'agrémenteront de nouveau.

La reprise des sorties au 5 juin 2021 est conditionnée à des règles très strictes :

  • pas plus de 10 personnes dans les groupes sur l'espace public des rendez-vous
  • covoiturage avec au maximum 4 personnes portant le masque
  • désinfection des mains à l'aide de gel hydroalcoolique
  • pas de partage des produits non emballés séparément pour le pique-nique 
  • recommandation de la vaccination pour toutes et tous

Quelques exemples de cueillettes les premiers samedi de juin :

  • 1er juin 2019, Plateau de la Molière, Vesses de loup géantes et morilles
  • 2 juin 2018, Dévoluy, marasme des oréades et tricholomes de St Georges
  • 3 juin 2017, Valbonnais, russules
  • 4 juin 2016, Plateau de la Molière, marasme des oréades et tricholomes de St Georges
  • 6 juin 2015, col du Noyer, tricholomes de St Georges
Comme nous pouvons le voir, avec un même lieu, d'une année à l'autre, les cueillettes peuvent être différentes. 

jeudi 6 mai 2021

Tartiflette aux hygrophores de mars

 


Après la fin de l’interdiction des déplacements de plus de 10 km, dans le cadre des mesures sanitaires dues au Covid, nous n'avons pas attendu une journée de plus, pour nous évader. Nous en rêvions nous l’avons fait : lundi 3 mai, direction Méaudre, Trou qui souffle, cabane des feuilles et station, trois hauteurs pour une ultime cueillette d’Hygrophores de mars. 576 gr à deux, il n'en faut pas plus pour agrémenter une tartiflette maison. 

Ingrédients pour un gros plat (8 à 9 personnes) 

  • 2 Kg Pommes de terre 
  • 2 gros Oignons 
  • 300 gr Lard 
  • 400 gr Reblochon 
  • 2 Verres de vin blanc sec 
  • Les Hygrophores et leur eau de cuisson filtrée 
  • 1 boite de 20 cl de crème fraiche 
  • Sel (peu à cause du lard) et Poivre (pas mal si vous aimez) 
  • Huile d'olive ou beurre pour faire revenir les oignons coupés fins 
  • Des tranches de jambon cru 

Préparation 

  • Cuire les champignons avec un peu d'huile d'olive, sel et poivre – Filtrer l'eau rendue 
  • Faire revenir les oignons dans l'huile d'olive (ou beurre)
  • Mouiller alors avec le vin blanc ainsi que l'eau de cuisson des champignons, et laisser réduire un peu 
  • Faire revenir un peu le lard coupé en cubes, sans matière grasse 
  • Mélanger oignons mouillés et lard 
  • Faire cuire les pommes de terre à l'eau salée en robe des champs (c'est mieux) 
  • Les éplucher et les coupés en cubes 
  • Couper le reblochon en deux (sens du rond) et faire des lanières à disposer (une moitié) au fond du plat, côté peau 
  • Répartir les cubes de pommes de terre 
  • Verser le mélange oignons, lard et liquide 
  • Mettre la deuxième couche de Reblochon côté peau sur le dessus 
  • Verser la crème fraîche 
  • Poivrer 

Enfourner à 200° pendant 30 minutes environ 

Servir avec des tranches de jambon cru et une salade (pissenlits) 


 

vendredi 30 avril 2021

L'ail des ours se savoure de la feuille à la fleur


Trouver de l'ail des ours en se rendant à la chapelle de Saint Ours est une démarche peu ordinaire. Des feuilles pour réaliser un pesto à l'ail des ours, nous en avions déjà ramassées et la recette figure sur ce lien !

Recette des bourgeons d'ail des ours au vinaigre de cidre :

A quelques enjambées de la chapelle, nous avons cueilli des bourgeons d'ail des ours. Après les avoir bien nettoyés, séchés, nous les avons placés dans des petits pots en verre.

Dans ces pots, nous avons choisi de mettre poivre, sel et thym, et de varier les deux autres épices.

Épices : Baies roses, Genièvre en grains, Gingembre moulu, Laurier, piment, poivre en grain, poivron séché et moulu.

Dans une casserole, nous avons chauffé 30 cl de vinaigre de cidre mélangé à 150 grammes de sucre cristallisé, en remuant constamment jusqu'à ébullition.

Cette préparation a été déposée dans les pots que nous avons fermés immédiatement et les avons retournés pour que le joint d'étanchéité se fasse.

Dans 15 jours, nous pourrons utiliser ces bourgeons comme condiments.

Beignets de fleur d'ail des ours à la sauce tomate

Les fleurs d'ail des ours cueillies ont été passées sous un petit jet d'eau afin d'éliminer tous insectes, puis essorées.

Préparation de la pâte à beignets:

1 sachet de levure de bière sèche que nous avons mélangé à 15 cl de lait tiède. 15 minutes plus tard, nous avons rajouté 15 cl de bière.

Dans un saladier, nous avons déposé 260 grammes de farine fluide de blé T45, en faisant un puits. Au centre de ce puits, nous avons mis 3 œufs battus au fouet, en incorporant la préparation liquide précédente. Nous avons salé (5g), poivré (3g), piment doux (12g). Puis nous avons laissé reposer 1 heure.

Dans une poêle, nous avons mis 30 cl d'huile de tournesol pour réaliser la friture. Il ne restait plus qu'à faire les beignets d'ail des ours, en trempant chaque bouquet de fleurs un à un dans la pâte à beignets et en faisant frire.

Préparation de la sauce tomate :

Nous avons utilisé la poêle qui nous a permis de réaliser les beignets, en faisant revenir un gros oignon finement ciselé dans 8cl d'huile d'olive, puis incorporé 750 grammes de pulpe de tomates, rajouté 20 grammes de sel fin, 10 grammes de poivre gris, 7 grammes de basilic séché et 7 grammes d'origan.

Nous avons fait cuire environ 20 minutes cette sauce.

Montage du plat :

Dans un plat à lasagne, nous avons alterné les couches de sauce tomate avec les beignets et sur le dessus nous avons mis de petits morceaux de mozzarella de bufflone (125g) 

Nous avons fait cuire durant 20 minutes au four température 210 degrés.

dimanche 15 novembre 2020

Pâtés de porc foie gras, pistaches et girolles


La période de confinement est propice à la réalisation de recettes. Nous nous sommes attelés à la préparation de conserves de pâtés de porc au foie gras, pistaches et girolles.

Ingrédients :

  • Épaule de porc, 660 grammes de lard (sans peau) et 1,6 Kg de maigre
  • 100 grammes de pistaches
  • 2 oignons (poids net 300 grammes)
  • 200 grammes de foie gras de canard
  • 360 grammes de girolles
  • 3 œufs 
  • 3 cuillères à soupe de fécule de pommes de terre
  • 6 cl de Calvados
  • 36 grammes de sel
  • 5 grammes de poivre
  • 5 grammes de piment
  • 3 grammes de muscade
  • 4 feuilles de laurier moulinées + 1 petite par bocal

Préparation :

Couper le gras et le maigre de la viande en morceaux, saler, poivrer, pimenter.

Ôter les coquilles et la peau des pistaches, rajouter à la viande

Passer la préparation  au hachoir à viande et incorporer le foie gras, le laurier mouliné, la muscade ainsi que le Calvados, mélanger, réserver au frais pendant une heure.

Pendant ce temps préparer vos bocaux.

Ciseler très finement l'oignon et le faire blondir avec une matière grasse, nous avons choisi la graisse de canard résultant de la cuisson d'un magret.

Rajouter l'oignon blondi à la préparation hachée.

Précuire vos girolles et découper en petits morceaux. Mettre sur la préparation précédente avec le jus restant, rajouter les œufs et la fécule de pommes de terre. Malaxer énergiquement.

Mettre dans les pots en tassant et en terminant par le rajout de la petite feuille de laurier, avant de fermer votre pot.

Dans une grande marmite, disposer les pots en les entourant de tissu pour qu'ils ne s'entrechoquent pas, remplir d'eau, porter à ébullition et maintenir ensuite la cuisson à la température de 100 degrés durant 3 heures.

Arrêter la chauffe et laisser les pots immergés jusqu'à refroidissement complet.

La photo sur la droite montre le pâté cuit. Après avoir goûter, c'est génial, peut-être faut-il augmenter la quantité de pistaches!

vendredi 30 octobre 2020

Gratin dauphinois aux cèpes de Bordeaux


Invités chez différents sociétaires, nous avons apprécié les gratins dauphinois aux cèpes qui nous ont été servis. Les deux adhérentes n'ont pas décrit leurs recettes, du coup pour présenter ce plat, je l'ai réalisé et j'indique les différentes étapes :

Ingrédients pour 10 personnes :

  • 2,8 kg de pommes de terre
  • 1 kg de bolets édulis (cèpes de Bordeaux)
  • 80 centilitres de crème fraiche liquide
  • 3 grains d'ail
  • huile d'olive, sel, noix muscade râpée, poivre du moulin

Préparation :

La totalité des bolets utilisés avaient été congelés tranchés frais (sans cuisson). Du coup, j'ai fait griller dans de l'huile d'olive les champignons surgelés et j'ai conservé la fin du jus de cuisson.

J'ai épluché mes pommes de terres de la variété "Spunta", je les ai rincées et découpées en tranches régulières à la mandoline.

J'ai disposé dans un grand plat ovale en pyrex, la première couche épaisse de pommes de terre, mis dessus environ 1/2 grain d'ail haché très fin et réparti, salé modérément, râpé la noix de muscade et terminé par cinq ou six tour de moulin à poivre.

Au dessus de cette première couche, j'ai mis les champignons et j'ai recommencé, comme précédemment l'étalement d'une nouvelle couche épaisse de pommes de terre, ail, sel, muscade, poivre.

Nouvelle 3ème couche épaisse de pommes de terre, ail, sel, muscade et poivre, avant de mettre la deuxième partie des bolets.

Il ne restait plus qu'à introduire les 80 centilitres de crème fraiche et les sucs de la cuisson des cèpes, avant d'enfourner à 180° durant 55 minutes.

C'est simple et c'est tellement bon et fondant !